Discours d'ouverture du hiéromoine Alexandre à la cérémonie d'inauguration du séminaire



Voici le texte du discours d'ouverture prononcé par le hiéromoine Alexandre Siniakov, recteur du séminaire orthodoxe russe en France, le 14 novembre 2009, à la cérémonie d'inauguration du séminaire:

Monsieur le Cardinal, Messeigneurs, Monsieur le Préfet, Messieurs les Ambassadeurs,
Chers Frères et Sœurs,

Je voudrais vous souhaiter la bienvenue dans cette maison Sainte-Geneviève qui est, depuis peu de temps, la nôtre, et qui, je l’espère, deviendra aussi un peu la vôtre.

Monseigneur Hilarion vient de nous rappeler, dans son homélie, que le beau mot de « séminaire », en français comme en russe, vient du mot latin « semen », la graine. Un séminaire, c’est, en effet, une sorte de « pépinière » permettant à des graines de germer et de porter du fruit. Je voudrais donc, en ce jour solennel, former le vœu que ce séminaire orthodoxe russe en France soit une « bonne terre » permettant à de nombreux séminaristes de grandir dans le Christ. Mais je voudrais également souhaiter que ce séminaire soit lui-même le germe d’une relation plus que jamais fraternelle et amicale entre nos Églises et entre nos pays.

Avant que Messeigneurs Innocent et Hilarion ne prennent la parole, je voudrais d’ores et déjà rendre grâce à Dieu et remercier tous ceux qui, en France et en Russie, ont contribué à la réalisation de ce projet. Je voudrais en premier lieu exprimer notre gratitude aux responsables de l’Église catholique locale, en particulier à Monsieur le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, et à Monseigneur Michel Dubost, évêque d’Évry, ainsi qu’aux Messieurs les Évêques d’Île-de-France, qui en ont immédiatement approuvé l’idée et nous ont encouragés à la concrétiser. Je voudrais également remercier de tout cœur les Sœurs Auxiliatrices qui, par la délicatesse et l’amour avec lesquelles elles nous ont laissé leur belle maison, ont plus que jamais mérité de porter leur nom, et sont véritablement devenues, pour nous orthodoxes, des « sœurs auxiliatrices » dans le Christ. Je voudrais aussi mentionner tout spécialement le Centre Istina et son directeur, le Père Hyacinthe Destivelle, dont l’aide à notre Église a été inestimable au cours des dernières années et continue à l’être. Notre gratitude s’adresse également à la Fondation « Russkiy Mir » qui nous soutient dans la réalisation de cette initiative. Enfin, sans la générosité de nos bienfaitrices et de nos bienfaiteurs, rien n’aurait pu se faire et j’aimerais les remercier de leur aide immense à notre séminaire et les assurer de nos prières fidèles.

Mais le travail n’est pas fini. Il ne fait même que commencer. C’est pourquoi je voudrais, avant de donner la parole à notre archevêque, Monseigneur Innocent de Chersonèse, confier à votre prière tous les membres de ce séminaire, pour que, par l’intercession de Notre-Dame, de Sainte Geneviève et de tous les saints d’Orient et d’Occident, ils portent du fruit en abondance. Merci.

Lundi 16 Novembre 2009
Séminaire russe